Pêcheur d’images

Toujours ces questions de vocabulaire.

Je descendais l’avenue Malakoff et la lumière d’été créait des flaques somptueuses sous les porches. Derrière les hautes grilles protégées par des vitres on devinait des cours sinistres et luxueuses remplies d’ombres nettes. Je regrettais que mon smartphone fasse des photos si automatiques, il me manquait une focale moyenne, genre 5O mm, une émulsion ultrafine genre 125 ASA et un piqué parfait genre leitz. Bref il me manquait un petit Leica M4 avec un summilux de 5O ou même un summicron. Je me promettais de revenir ce dimanche et en moi-même je comparai cette démarche à la pêche à la truite à la mouche.

Pourtant, on dit chasseur d’image plutôt que pêcheur d’image ?

Voilà bien un malentendu levé et une approximation dévastatrice de plus balayée. Car c’est bien toute la différence, entre la chasse et la pêche, entre une image volée ou violée, un scoop, qui correspond à la chasse et une image attendue, imaginée, construite, qui correspond à la mouche qu’on lance devant la truite qu’on devine. Les bonnes images sont pêchées, les images chassées sont fortuites et appartiennent au reportage, on reporte ou comme le chien de chasse on rapporte.

D’ailleurs, le leica en bandoulière ou la canne à pêche ultralégère en main sont des accessoires minimalistes, il ne manque rien d’autres, pour accomplir des exploits et réussir des chefs d’œuvre.

Il suffit d’arpenter les prés et les rues et de regarder.

Du reste quand on regarde les touristes devant la pyramide du Louvre on est surpris par le fait qu’ils montent tous sur les plots en granit puis bras tendu pincent le monument entre pouce et indexe arrondis pendant que le conjoint (ou la copine) photographie avant de monter à son tour sur le plot. Il y a environ sept plots alignés et la même activité frénétique sur chacun.

Quel type d’image stéréotypé cela produit il ? Pourquoi ce raffinement dans le même cliché quelque que soit la provenance du quidam ? Comment est née cette manie ?

Dans un clip célèbre ? Une star mondiale a-t-elle tweeté son image pinçant la pyramide ?

C’est curieux cette image préfabriquée originale, avec un supplément d’âme. Tout le monde veut se situer dans une perspective créative, personne ne veut plus se contenter des anciens clichés. On fait sa pub. La pub de soi ! On le vaut bien, non ?